Chirurgie cardiaque · Vol. 20 Abstract 2016

C-33 – Effets protecteurs du drainage veineux actif sur le risque inflammatoire et infectieux postopératoire

Lucie Ulmann, Christian Duale, Vedat Eljezi, Bruno Pereira, Nicolas d’Ostrevy, Didier Chassaing, Dominique Sobreira, Fessal El Kennasy, Kasra Azarnoush, Lionel Camilleri Service de chirurgie cardio-vasculaire, CHU Gabriel-Montpied, Clermont-Ferrand  Objectif L’objectif de notre étude est de comparer les résultats de la circulation extracorporelle (CEC) conventionnelle et de la CEC avec drainage veineux assisté par dépression (VAVD) au cours de la chirurgie valvulaire aortique ou de revascularisation myocardique, en prenant comme critère de jugement la réaction inflammatoire ou infectieuse postopératoire.  Méthode Il s’agissait d’une étude rétrospective, unicentrique, de patients opérés de 2011 à 2013. Quatre niveaux de suspicion d’infection postopératoire ont été définis : normal/subnormal (0), inflammation et polynucléose isolées (I), infection non localisée ou extrapulmonaire (II), et pneumopathie avérée (III). Une analyse multivariée basée sur un score de propension a été réalisée dans l’optique d’un appariement a posteriori des deux groupes de l’étude (VAVD et contrôle) afin d’équilibrer les facteurs : sexe, type de circuit (Sorin® Saluggia, Italie / Maquet® Hirrlingen, Allemagne), type de chirurgie (valve aortique/pontage), durée de CEC et de clampage. Après simulation par boostrap (2000 tirages au sort aléatoires), les rapports de cotes (odds ratio, OR) mesurés pour chacun des tirages au sort étaient calculés assortis de leur intervalle de confiance à 95 %.  Résultat L’analyse a porté sur 686 patients, 524 dans le groupe VAVD et 162 dans le groupe contrôle. La distribution des niveaux de suspicion d’infection postopératoire était, respectivement pour les groupes VAVD et contrôle : niveau 0 : 55 et 53 %, niveau I : 22 et 19 %, niveau II : 16 et 19 % et niveau III : 7 et 9 %. L’analyse a porté sur la comparaison entre le niveau 0 et les autres niveaux. L’analyse multivariée a identifié un effet protecteur significatif du VAVD sur le risque inflammatoire et infectieux (OR : 0,80 [IC 95 % : 0,67-0,92]).  Conclusion Cette analyse suggère un effet protecteur significatif de la dépression veineuse assistée sur le taux d’infection et de syndrome inflammatoire en postopératoire immédiat.     Protective effects of the active venous drainage on the postoperative inflammatory profile and infectious risk   Objectives Our objective was to compare postoperative infectious or inflammatory reaction after cardiopulmonary bypass (CPB), with vacuum assisted venous drainage (VAVD group) and without (control group), during aortic valve surgery or coronary artery bypass grafting.  Methods  We performed a retrospective and single center analysis between 2011 and 2013. Four levels of suspicion for postoperative infection were defined: normal or subnormal (0), inflammation and isolated polynucleosis (I), extrapulmonary or not localized infection (II), and proved pneumonitis (III). Multivariate analysis based on a propensity score was used to match a posteriori the groups on sex, brand of the circuit (Sorin® Saluggia, Italy / Maquet® Hirrlingen, Germany), surgery (aortic/coronary artery bypass grafting), duration of CPB and of cross clamping. After a bootstrap simulation on 2000 random matches, odds ratio (OR) was measured with the 95% confidence interval.  Results 686 patients were included, 524 in the VAVD group and 162 controls. The distribution of postoperative infection levels was respectively for VAVD and control groups: level 0: 55 and 53%, level I: 22 and 19%, level II: 16 and 19 % and level III: 7 and 9%. The multivariate analysis, comparing level 0 to the others, demonstrated a significant protective effect of VAVD on the inflammatory and infectious risk (OR: 0.80 [95% CI: 0.67-0.92]).  Conclusion Our study suggests a significant protective effect of venous vacuum assisted drainage on the levels of infectious and inflammatory reaction in the immediate postoperative period.
juin 10, 2016
Chirurgie cardiaque · Vol. 20 Abstract 2016

C-17 – Intervention de Tirone David : facteurs de risque de réintervention au travers de 20 ans d’expérience

Agnès Mugnier, Francis Juthier, Natacha Rousse, Claire Pinçon, Bruno Jegou, Valentin Loobuyck, Augustin Coisne, Emmanuel Robin, André Vincentelli, Alain Prat Service de chirurgie cardiaque, pôle CVP, hôpital cardiologique, Lille     Objectif La conservation de la valve aortique selon la technique de Tirone David dans la chirurgie de la racine aortique permet d’éviter une anticoagulation à vie. L’objectif primaire de notre étude rétrospective a été la survie sans réintervention sur la valve aortique et ou sans décès d’origine cardiaque.   Méthode De 1998 à septembre 2014, 249 patients consécutifs ont été opérés. L’âge médian était de 54 ans (de 38 à 65 ans), 73 % étaient des hommes. 20 % avaient un syndrome de Marfan, 17 % avaient une valve bicuspide. Une insuffisance aortique significative était présente chez 54 % des patients. Une valvuloplastie aortique était ajoutée dans 17 % des cas. Six patients avaient un antécédent d’intervention de Ross.   Résultat La mortalité hospitalière a été de 1,2 %. Le suivi médian a été de 4,9 ans. La survie a été de 90,7 % [84,2 % - 94,6 %] à 10 ans. La survie sans réopération/décès a été de 89,3 % [82,1 % - 93,7 %] à 10 ans et la survie sans IA ≥ 2 a été de 74,2 % [65,8 % - 80,8 %] à 10 ans. Les facteurs de risque de réopération/décès étaient NYHA ≥ III (HR = 8,071 [1,286 - 5,648] p = 0,03), bicuspidie (HR = 5,109 [1,066 - 24,482] p = 0,04), IA ≥ 2 apparaissant durant le suivi (HR = 8,834 [2,117 - 36,871] p = 0,003). Les facteurs de risque de survenue d’une IA ≥ 2 étaient : bicuspidie (HR = 2,282 [1,026 - 5,076] p = 0,04), IA préop. ≥ 2 (HR = 2,748 [1,357 - 5,568] p = 0,005) et un anneau aortique > 29 mm (HR = 2,319 [1,163 - 4,623] p = 0,00169).   Conclusion Les résultats à long terme de l’intervention de Tirone David dans une population sélectionnée sont satisfaisants. La bicuspidie aortique, un stade III de la NYHA et une fuite aortique postopératoire étaient des facteurs de risque pour une réintervention ou un décès d’origine cardiaque. La bicuspidie aortique, une insuffisance aortique préopératoire significative et un diamètre aortique supérieur à 29 mm étaient des facteurs de risque de détérioration valvulaire aortique durant le suivi.     Tirone David operation- reoperation risk-factors through a 20-years experience   Objectives Aortic valve-sparing operations to treat aortic root aneurysm according to the Tirone David reimplantation technique avoid lifelong anticoagulation. The primary end point of our retrospective study was to evaluate survival without aortic valve reoperation and/or cardiac death.   Methods From 1998 through September 2014, a total of 249 consecutive patients underwent complete aortic root replacement with aortic valve-sparing according to Tirone David technique. The median age of patients was 54 years (range from 38 to 65 years), 73% were men. We observed 20% of Marfan syndrome, 17% of bicuspid aortic valve. Six patients (2.4%) were operated on emergency basis for acute type A dissection. A significant preoperative aortic insufficiency (AI, grade ≥2) was present in 54% of the patients. The median aortic root diameter was 52 mm (range from 40 mm to 82 mm). An associated cusp repair was performed in 17% of the cases. Six patients had a previous Ross operation.   Results Hospital mortality was 1.2%. Follow-up was 4.9 years. Survival was 90.7% [84,2%-94,6%] at 10 years. Survival without reop/death was 89.3% [82.1% - 93.7% ] at 10 years and the survival without AI ≥ 2 was 74.2% [65.8%-80.8%] at 10 years. Predictors of reop/death were NYHA ≥III (HR=8.071 [1.286 to 05.648] p=0.03), bicuspid (HR=5.109 [1.066 to 24.482] p=0.04), AI ≥2 occurring during follow-up (HR=8.834 [2.117 to 36.871] p=0.003). Risk factors for AI ≥2 were: bicuspid valve (HR=2.282 [1.026 to 5.076] p=0.04), preoperative AI ≥2 (HR=2.748 [1.357 to 5.568] p=0.005) and an aortic annulus >29 mm (HR=2.319 [1.163 to 4.623] p=0.00169).   Conclusion Aortic valve-sparing operation was associated with excellent long-term results in a selected population. Bicuspid aortic valve, preoperative NYHA class III and postoperative AI were risk factors for reoperation and/or cardiac death. Significant AI, bicuspid aortic valve and a large aortic annulus diameter (>29 mm) were independent risk factors for aortic valve deterioration.    
juin 10, 2016
Chirurgie cardiaque · Vol. 20 Mars 2016

TAVI par voie carotidienne : faisabilité et résultats à court terme d’une étude monocentrique

Gilles Amr, Nicolas Debry, Arnaud Sudre, Cédric Delhaye, Georges Fayad, Mohamad Koussa, Thomas Modine Heart Team, hôpital cardiologique, CHRU de Lille, France. Correspondance : amr.gilles@gmail.com   Résumé Objectif : Analyse des résultats de la plus grande cohorte de patients bénéficiant de Transcatheter Aortic Valve Implantation (TAVI) par voie carotidienne. Méthodes : Étude prospective monocentrique réalisée sur des patients inclus entre avril 2009 et décembre 2013 sélectionnés par les membres de la heart team. Tous les patients ont bénéficié d’un angioscanner cervico-thoraco-abdomino-pelvien et d’une imagerie cérébrale par résonance magnétique. Tous les résultats sont rapportés selon les définitions des Valve Academic Research Consortium (VARC). Résultats : Quatre-vingt-onze patients, porteurs d’artériopathies périphériques sévères ont eu un TAVI par voie carotidienne sous anesthésie générale. L’âge moyen était de 78,9 ± 8,9 années, l’EuroSCORE logistique était de 22,1 ± 13,3 et le score Society of Thoracic Surgeon (STS) moyen était de 7,2 ± 3,9 %. Le succès procédural était de 90,1 %. Les complications procédurales étaient : embolisation et implantation d’une deuxième valve (3,3 %) et tamponnade (4,4 %). Il n’y a pas eu de saignements majeurs ou de complications liées à l’abord carotidien. Trois (3,3 %) patients sont morts pendant la procédure et 6 (6,6 %) à 30 jours. À l’hôpital, 3 (3,3 %) patients ont présenté des événements neurologiques. À 30 jours, 3 nouveaux cas d’AIT ont été relevés, rendant le taux total d’AVC/AIT à 6,6 %. Conclusion : Le TAVI par voie carotidienne est réalisable, sûr et semble associé avec des résultats encourageants à court terme. D’autres études multi-centriques et prospectives restent nécessaires pour affirmer des sécurité et efficacité équivalentes aux autres voies alternatives.   Abstract Transcarotid TAVI: Feasibility and early outcomes in a monocentric study Aim: To analyze a large cohort of patients undergoing transcarotid access for transcatheter aortic valve implantation (TAVI). Methods: A prospective monocentric study was performed on patients included between April 2009 and December 2013. The members of the local heart team selected the cases. All patients underwent extensive pre-operative imaging assessment, including cerebral imaging. All outcomes are reported according to the updated Valve Academic Research Consortium (VARC). Results: Ninety-one patients with severe peripheral arterial disease underwent transcarotid TAVI under general anesthesia. The mean age was 78.9±8.9 years, the logistic EuroSCORE was 22.1±13.3 and the average Society of Thoracic Surgeons (STS) score was 7.2±3.9%. The procedural success rate was 90.1%. Procedural complications included valve embolization and second valve implantation (3.3%) and cardiac tamponade (4.4%). There were no major bleeding nor major vascular complications related to the carotid access. There were three (3.3%) procedural deaths and six deaths (6.6%) at 30 days. There was one (1.1%) case of permanent stroke and two (2.2%) cases of transient ischemic accident (TIA). At 30 days, a further three TIAs were observed, giving an overall stroke/TIA rate of 6.6%. Conclusion: Transcarotid vascular access for TAVI is safe, feasible and is associated with encouraging short-term clinical outcomes. Multicentric pros- pective studies are required to ascertain if transcarotid TAVI yields equivalent safety and efficacy to other non-femoral vascular access routes. Télécharger l'article complet en PDF Conflit d’intérêt/Conflict of interest statement: Dr Sudre est consultant et proctor pour Edwards et Medtronic. Dr Modine est consultant et proctor pour Medtronic. Les autres auteurs n’ont pas de conflit d’intérêt à déclarer. Cet article est issu d’un mémoire de DESC.  
mars 15, 2016