Chirurgie cardiaque · Vol. 20 Abstract 2016

C-06 – Bénéfices de l’association de l’Impella à l’ECMO veino-artérielle périphérique

Sébastien Colombier, Guillaume Lebreton, Astrid Quessard, Pierre Demondion, Marina Clément-Rigollet, Ciro Mastroianni, Eleodoro Barreda, Julien Amour, Pascal Leprince Service de chirurgie thoracique et cardio-vasculaire, hôpital de la Pitié-Salpêtrière, AP-HP, Paris  Objectif L’ECMO veino-artérielle périphérique fait partie de l’arsenal thérapeutique de prise en charge du choc cardiogénique réfractaire. Elle permet en urgence de restaurer une hémodynamique et une perfusion tissulaire efficaces. Mais son bénéfice est parfois limité par ses complications. Parmi celles-ci, l’augmentation de la post-charge du ventricule gauche occupe une place majeure et est directement corrélée à la mortalité. L’association de l’Impella à une ECMO veino-artérielle périphérique pourrait limiter l’impact de cette complication.  Méthode Dans notre institution, l’Impella est utilisée chez les patients sous ECMO veino-artérielle périphérique avec ballon de contrepulsion intra-aortique associé, présentant un tableau d’œdème aigu du poumon ou de stase dans les cavités cardiaques.  Résultat Entre juillet 2011 et juillet 2015, 31 patients bénéficièrent de cette technique. L’âge moyen des patients était de 49 ans (19-79) avec une prédominance masculine (74 %) et une surface corporelle moyenne de 1,93 m2 (1,56-2,50). Les cardiopathies dilatées (51,6 %) et ischémiques (35,5 %) représentaient les principales étiologies des défaillances cardiaques, avec une FeVG initiale moyenne de 15 % (10-35). Trois modèles différents d’Impella furent utilisés : 18 (58 %) Impella 5.0, 8 (26 %) Impella 2.5 et 5 (16 %) Impella CP ; avec 67,7 % (21) des implantations réalisées par abord axillaire droit et 16,1 % (5) par voie fémorale gauche. Les paramètres échocardiographiques et radiologiques ayant motivé l’implantation se corrigèrent en moyenne en 48 heures. La durée moyenne de ce type de support hémodynamique fut de 9,8 jours (1-37). 3 (10 %) patients bénéficièrent par la suite de l’implantation d’une assistance gauche de longue durée, 2 (6,5 %) patients furent transplantés et 10 (32,2 %) décédèrent.  Conclusion L’association de l’Impella à l’ECMO veino-artérielle périphérique assure une bonne décharge ventriculaire gauche. Cette stratégie permet d’éviter la centralisation d’une ECMO périphérique tout en évitant une stase dans les cavités cardiaques, facteur majeur de mortalité.     Benefits of Impella and peripheral veno-arterial ECMO combination   Objectives Peripheral veno-arterial ECMO is a therapeutic issue in refractory cardiogenic shock. In emergent situations, it permits to reestablish efficient hemodynamic and tissues perfusion. But benefits are sometimes limited by complications occurrence. Left ventricular unload reduction is a major complication and is directly related to mortality. Impella and peripheral veno-arterial ECMO combination could reduce this complication.  Methods In our institution, Impella is used for patients assisted by peripheral veno-arterial ECMO and intra-aortic balloon pump combination, which present an acute pulmonary edema or a cardiac cavities blood stasis.  Results Between july 2011 and july 2015, 31 patients received this procedure. Patients mean age was 49 years-old (19-79) with male predominance (74%) and a mean body area of 1.93m2 (1.56-2.50). Dilated (51.6%) and ischaemic (35.5%) cardiomyopathy were the main cardiac failure etiologies, with a mean initiating FeVG of 15% (10-35). Three different Impella devices were used: 18 (58%) Impella 5.0, 8 (26%) Impella 2.5 et 5 (16%) Impella CP. 67.7% (21) of implantations were located via the right subclavian artery and 16.1% (5) via the left femoral artery. Initial echocardiographic and radiological results were improved after 48 hours. Hemodynamic mean duration support was 9.8 days (1-37). Secondarily, LVAD was implanted to 3 (10%) patients, 2 (6.5%) patients were transplanted and 10 (32.2%) died.  Conclusion Impella and peripheral veno-arterial ECMO combination provides a sufficient left ventricular unload. In practice, this procedure avoids the switch for a central ECMO by reducing the blood stasis in heart cavities, a major factor of mortality.
juin 10, 2016
Chirurgie cardiaque · Vol. 20 Abstract 2016

C-01 – Place de l’ECLS dans le choc cardiogénique post-cardiotomie – à propos de 213 patients

Hassan Debbagh, Guillaume Lebreton, Pierre Demondion, Marina Clément-Rigolet, Ciro Mastroianni, Cosimo d’Alessandro, Antonella Galeone, Eleodoro Barreda, Mojgan Laali, Akhtar Rama, Julien Amour, Pascal Leprince Service de chirurgie thoracique et cardio-vasculaire, hôpital de la Pitié-Salpêtrière, AP-HP, Paris  Objectif Le choc cardiogénique réfractaire post-cardiotomie chez l’adulte survient au décours de 0,5 à 1,5 % des procédures. L’Extracorporeal Life Support (ECLS) fait partie intégrante de l’arsenal thérapeutique en réanimation de chirurgie cardiaque dans ces situations. Nous rapportons l’expérience de notre centre dans l’usage précoce de l’ECLS en post-cardiotomie chez 213 patients entre septembre 2001 et janvier 2015.  Méthode La majorité des patients étaient des hommes (n = 159, 74,6 %) de 62,6 ± 12,9 ans. 24 % étaient diabétiques, 12,2 % avaient un IMC > 30 kg/m2, 56,7 % étaient hypertendus artériels, 54,2 % insuffisants rénaux, 7,9 % avaient une BPCO et 11,9 % une AOMI documentées. À la prise en charge, 46 % des patients étaient en choc cardiogénique, 39,7 % sous inotropes, 45,5 % en classe IV de la NYHA, 31,3 % en angor instable (CCS IV) et 20,7 % sous ventilation mécanique. 36 % (n = 76) étaient redux. Aussi, 2 patients (0,93 %) étaient déjà sous ECLS. La fraction d’éjection du ventricule gauche était de 38,2 % ± 17,6 %, inférieure à 30 % chez 39 % des patients. L’EuroSCORE II était de 29,3 % ± 23,8 % avec 53,5 % de valeurs supérieures à 20 %. Les procédures étaient des pontages coronariens isolés (22,5 %), des chirurgies valvulaires isolées (28 %), combinées (20,7 %), des dissections aortiques (8,5 %) et des implantations d’assistances ventriculaires de longue durée (6,1 %). Les temps de CEC et de clampage étaient respectivement de 155,6 ± 92 min et 81 ± 63 min. Les interventions étaient considérées comme « urgentes dans les 24 heures » dans 55,7 % des cas et « de sauvetage » dans 9,9 % des cas. L’implantation de l’assistance était périphérique chez 112 patients et centrale chez 101 patients.  Résultat Le temps moyen d’assistance était de 8,7 ± 8,2 jours. 46,5 % des patients implantés ont pu être sevrés, 7,2 % (n = 15) ont été transplantés ou ont bénéficié d’une assistance circulatoire de longue durée. La survie était de 41,3 % (n = 88) à 1 mois et de 26,3 % (n = 56) à 1 an. La survie hospitalière était de 33,6 % (n = 71). La survie était meilleure dans le groupe « ECLS périphérique » (RR = 0,89, p < 0,05).  Conclusion L’ECLS a une place primordiale dans la prise en charge des patients en choc cardiogénique post-cardiotomie et permet d’améliorer sensiblement la survie des sujets opérés, notamment les plus graves.     The use of ECLS in the post-cardiotomy cardiogenic shock- about 213 patients  Objectives The refractory post-cardiotomy cardiogenic shock in adults occurs in 0.5 to 1.5% of procedures. The extra corporeal life support (ECLS) is fully integrated to the therapeutic arsenal in cardiac surgery resuscitation. We report our center’s experience in the early use of ECLS in post-cardiotomy among 213 patients between September 2001 and January 2015.  Methods The majority of patients were male (n=159, 74.6%) aged of 62.6±12.9 years. 24% were diabetic, 12.2% had a BMI > 30 kg/m2, 56.7% had arterial hypertension, 54.2% renal insufficiency, 7.9% had COPD and 11.9% a documented PAD. Initially, 46% of patients were in cardiogenic shock, 39.7% required inotropes, 45.5% were in NYHA IV functionnal class, 31.3% in unstable angina (CCS IV) and 20.7% under mechanical ventilation. 36% (n=76) were redo patients. 2 patients (0.93%) were already under ECLS. Ejection fraction of the left ventricle was 38.2%±17.6%, and under 30% in 39% of patients. The EuroSCORE II was 29.3%±23.8% with 53.5% of the values superior to 20%. The surgical procedures were isolated coronary bypass (22.5%), isolated valve surgeries (28%), combined operations (20.7%), aortic dissections (8.5%) and long term ventricular assistances implementation (6.1%). The CPB and clamping time were respectively 155.6 ± 92 and 81±63 min. Interventions were considered “urgent within 24 hours” in 55.7% of cases and a “rescue” in 9.9% of cases. The implantation of the assistance was peripheral in 112 patients and central in 101 patients.  Results The average ECLS support duration was 8.7±8.2 days. 46.5% of implanted patients could be weaned, 7.2% (n=15) were transplanted or benefited from a long-term circulatory support implantation. Survival was 41.3% (n=88) at 1 month and 26.3% (n=56) at 1 year. In hospital survival was 33.6% (n=71).  Conclusion The ECLS has a prominent place in the treatment of post-cardiotomy cardiogenic shock patients and significantly improves the survival of operated subjects, including the most serious ones.
juin 10, 2016