Anesthésie · Vol. 21 Abstracts 2017

A-13 – Saignement postopératoire non sévère en chirurgie cardiaque : vers une nouvelle définition

Marine Saour, Emmanuelle Aubry, Norddine Zéraoul, Géraldine Culas, Pascal Colson Service d’anesthésie-réanimation, pôle cœur-poumons, CHU Arnaud-de-Villeneuve, Montpellier   Objectif : En chirurgie cardiaque, l’UDPB (Universal Definition of Perioperative Bleeding) définit essentiellement le saignement postopératoire (SPO) non sévère, qui concerne la majorité des patients et dont l’importance conditionne la morbi-mortalité postopératoires, par le volume transfusionnel sur les 12 heures postopératoires, critère centre et praticien dépendant. L’objectif était de définir le SPO non sévère sur le débit de saignement horaire et de décrire sa cinétique. Méthode : De janvier à juin 2016, 303 patients admis dans notre centre ont été inclus. Le saignement horaire était recueilli sur les 12 premières heures. Après avoir réparti les patients selon l’UDPB, 3 stades de sévérité du SPO ont été redéfinis sur le seul critère du saignement : minime ≤ 600 mL/12 h, moyen [601-1000 mL/12 h] et sérieux > 1000 mL/12 h. Secondairement, afin de déterminer un seuil précoce de SPO horaire prédictif d’un SPO minime ou moyen, la cinétique horaire du SPO a été analysée par construction de courbe (ASC) avec les meilleures sensibilité (Se), spécificité (Sp), valeurs prédictives positive et négative (VPP, VPN). Résultat : Selon l’UDPB, les SPO insignifiant, faible, modéré, sévère et massif représentaient respectivement 83,1 %, 7,6 %, 4 %, 3,6 %, 1,7 % des cas. Selon notre définition, respectivement 83,1 % , 11,6 % et 5,3 % des patients développaient un SPO min, moy et sérieux sans faux classé. Le saignement était deux fois plus important pour le SPO moy que pour le SPO min, la moitié du volume survenant dans les 3 premières heures postopératoires. Au décours de cette période, un seuil de SPO de 1,97 mL/kg/h prédisait la survenue d’un SPO moyen avec une ASC de 0,937 (Se 80 %, Sp 94,9 %, PPV 68,3 %, NPV 97,2 %). Conclusion : Le SPO peut être défini uniquement selon le débit horaire de saignement. Un seuil de 1,97 ml/kg/h sur les 3 premières heures serait prédictif d’un SPO moy et pourrait s’intégrer dans une stratégie de réhabilitation précoce.     Non serious post operative bleeding in cardiac surgery: towards a new definition   Objectives: The Universal Definition of Perioperative Bleeding (UDPB) was the first to characterize non severe postoperative bleeding (POB) (insignificant and moderate) which concerns half of patients and whose volume is associated with morbidity and mortality. Limits though still remain since POB is mostly defined by the volume of packed red blood cells transfused in the first 12 hours after cardiac surgery, a well-known center and physician dependant parameter. This study aimed to define non severe POB with the only variable of chest tube output (CTO) and to describe its kinetic. Methods: From January to June 2016, 303 patients were included in our center after on-pump cardiac surgery. Hourly bleeding volume was recorded during the first 12 hours. Patients were classified with the 5 UDBP stages. Secondly, 3 POB severity stages were defined only by the CTO: minor (600 mL/12h), intermediate [601-1000mL/12h], serious >1000mL/12h. The hourly POB kinetic was analysed for minor and intermediate grades and expressed in mL/kg/h. The area under the Receiver Operating Characteristic Curve (AUC-ROC) determined the most early and predictive POB threshold of an intermediate POB with the best sensitivity (Se), specificity (Sp), positive and negative predictive values (PPV, NPV). Results: According to UDPB, 83.1%, 7.6%, 4%, 3.6% and 1.7% presented insignificant, mild, moderate, severe and massive POB respectively whereas 83.1%, 11.6% and 5.3 % of patients had minor, intermediate and serious POB as per our classification. Intermediate POB output was twice as more important as minor POB but without significant difference in morbidity and mortality between both groups. We observed that half of the bleeding volume occurred within the first 3 postoperative hours. During this 3-hours period a POB threshold of 1.97ml.kg-1.h-1 had an excellent predictibility for the occurrence of an intermediate POB (AUC 0.931, Se 80%, Sp 94.9%, PPV 68.3%, NPV 97.2%). Conclusion: After cardiac surgery, POB occured early in the first 3 postoperative hours and could be precisely defined by hourly CTO. A POB threshold lower than 1.97ml/kg/h during this period predicted the absence of an intermediate bleeding and could be included in a cardiac surgery fast-tracking protocol.   Séance : Posters anesthésie - vendredi 9 juin - 12:15-13:45
mai 24, 2017
Anesthésie · Vol. 21 Abstracts 2017

A-10 – La phosphatémie, un nouveau biomarqueur de l’insuffisance rénale aiguë et de la récupération rénale en chirurige cardiaque

Marine Saour, Jérôme Ridolfo, Norddine Zéroual, Philippe Gaudard, Pascal Colson Service d’anesthésie-réanimation, pôle cœur-poumons, CHU Arnaud-de-Villeneuve, Montpellier   Objectif : L’hyperphosphatémie est fréquente après insuffisance rénale aiguë (IRA) mais reste peu étudiée. L’objectif était d’étudier la cinétique du phosphore (Ph) après IRA en chirurgie cardiaque et de déterminer sa prédictibilité pour le diagnostic d’IRA et la récupération rénale. Méthode : Tous les patients admis dans notre centre entre février 2015 et mars 2016 ont été inclus. L’IRA était définie selon les critères KDIGO. Les Ph et créatininémie (Cr) étaient relevées en préopératoire, à l’admission, toutes les 12 heures en réanimation, quotidiennement jusqu’à la sortie d’hôpital. Un seuil de pourcentage d’élévation du Ph (%EPh = [Ph maximal postopératoire - Ph préopératoire)/Ph préopératoire] était déterminé par construction de courbes ROC avec les meilleures sensibilité (Se), spécificité (Sp), valeurs prédictives négative et positive (VPP, VPN). En cas de récupération rénale (Cr sortie inférieure à Cr préopératoire + 26,5 µmol/L), les décroissances du Ph et Cr étaient évaluées par test ANOVA. Résultat : Parmi les 260 patients inclus, 33 % ont développés une IRA : IRA 1 22,3 % ; IRA 2 4,2 % ; IRA 3 6,5 % dont 3,5 % d’épuration extrarénale (EER). La cinétique de la Ph suivait celle de la Cr avec un pic à 48 h. Un %EPh de 54 % avait une bonne prédictibilité pour le diagnostic d’IRA sévère (stade ≥ 2) : ASC ROC [IC 95 %] à 0,928 [0,854-1], Se 92,3 %, Sp 92,1 %, VPP 57,1 %, VPN 99,1 %. Une valeur de 59 % prédisait l’initiation d’une EER ([IC 95 %] de 0,936 [0,824-1], Se 88,9 %, Sp 86,9 %, VPP 20 % et VPN 99,5 %). En cas d’IRA sévère non dialysée, la décroissance sur 24h après le pic était significativement plus précoce et plus importante que celle de la Cr (9 % vs 4 %, p < 0,04). Conclusion : La Ph n’est pas un marqueur précoce d’IRA mais semble être un marqueur de sévérité, une valeur inférieure à 59 % prédisant le non recours à l’EER. La décroissance de la Ph 24h après le pic constituerait un marqueur précoce de récupération rénale.     Serum phosphorus, a simple biomarker of acute kidney injury severity and renal recovery after cardiac surgery   Objectives: Serum Phosphorus (Ph) is frequently elevated following AKI but has never been studied in this context though it could be a simple AKI biomarker. The objective was to determine Ph kinetic and predictability for both AKI diagnosis and renal recovery in cardiac surgery patients. Methods: This prospective observational study, conducted between February 2015 and March 2016 in our center included all consecutive patients with no preoperative renal dysfunction nor major hemodynamic instability operated on elective on-pump cardiac surgery. Ph and Cr were measured at baseline before surgery, at admission, every 12 hours in ICU and daily until hospital discharge. AKI was defined according to KDIGO criteria. The diagnostic performance of maximal postoperative Ph elevation (%EPh=[(maximal postoperative Ph-baseline Ph)/(baseline Ph)]*100) was assessed by calculating the area under the Receiver Operating Characteristic Curve (AUC) with sensitivity (Se), specificity (Sp), positive and negative predictive values (PPV, NPV). In case of renal recovery, defined as a Cr discharge below baseline Cr + 26.5 µmol/L, Ph and Cr decreasing rate were assessed with ANOVA test. Results: Among the 260 included patients, 33% developed AKI : AKI 1 22.3%; AKI 2 4.2% ; AKI 3 6.5% with 3.5% of renal replacement therapy (RRT). In AKI patients, postoperative Ph elevation peaked at 48 hours as well as Cr. A %EPh value of 54% had a good predictibility to diagnose severe AKI (stage ≥2): AUC-ROC [CI 95%] at 0.928 [0.854-1], Se 92.3%, Sp 92.1%, PPV 57.1%, NPV 99.1%. A threshold of 59% predicted the initiation of RRT with an AUC-ROC value [CI 95%] at 0.936 [0.824-1], Se 88.9%, Sp 86.9%, PPV 20% and NPV 99.5%. In severe AKI patients with no-need for RRT, the Ph 24h-decreasing rate after the peak and was significantly greater than Cr decline (9% vs 4% , p<0.04). Conclusion: Serum Ph is not an earlier biomarker for AKI diagnosis. However, a %EPh less than 59% may predict the no-initiation of RRT in severe AKI.The Ph 24h-decreasing rate after the peak could also be an early biomarker of renal recovery.   Séance : Posters anesthésie - vendredi 9 juin - 12:15-13:45
mai 24, 2017