Chirurgie cardiaque · Vol. 21 Abstracts 2017

C-19 – ECMO comme pont à la transplantation cardiopulmonaire

Jean-Michel Maury, Arnaud Patoir, Renaud Grima, Gabrielle Drevet, François Philit, Agathe Senechal, Sylvie Paulus, Claire Flamens, Pietro Montagna, François Tronc Service de chirurgie thoracique, transplantation pulmonaire et cardio-pulmonaire, groupement hospitalier Est, hospices civils de Lyon   Objectif : Les indications de transplantation cardio-pulmonaire (TCP) sont aujourd’hui rares mais dominées par les hypertensions artérielles pulmonaires (HTAP) primitives ou secondaires. Cette thérapie est fortement limitée par l’accès au greffon et conduit à la nécessité de l’utilisation de supports cardiorespiratoires invasifs (Extra Corporeal Membrane Oxygenation : ECMO) pour permettre l’attente d’organes en super-urgence (SU). Le but de cette étude était d’analyser les résultats de la TCP à partir de l’introduction de la super-urgence et d’évaluer la faisabilité du recours à l’ECMO comme pont à la transplantation. Méthode : Entre janvier 2007 et juin 2015, 19 patients ont bénéficié d’une TCP (10 femmes, 9 hommes, âge médian 38 ± 17 ans [1-56]). Les indications de TCP étaient les suivantes : HTAP primitive 37 % (n = 7), HTAP secondaires 37 % (n = 7), retransplantation pulmonaire avec destruction bronchique 11 % (n = 2), dilatation des bronches 11 % (n = 2) et une hémangiomatose capillaire pulmonaire 5 % (n = 1). Les données ont étés recueillies prospectivement et analysées rétrospectivement. Résultat : Sur les 19 patients, 11 ont étés transplantés en SU (58 %) dont 3 (21 %) sous ECMO comme pont à la TCP (2 ECMO artério-veineuses [AV] et 1 veino-veineuse [VV]). Le délai médian d’attente avant TCP était de 169 jours [10-1620] et de 13 jours [6-43] en SU. La durée médiane d’ECMO pré-TCP était de 10 jours [1-18]. Un patient a bénéficié d’une ECMO-AV en postopératoire immédiat pour une défaillance primaire du greffon (72 h). Cinq patients (27 %) ont étés repris pour saignement. Une dialyse a été nécessaire chez 8 (44 %) patients. La mortalité globale < 30 jours était de 5 % (n = 1) et 2 patients sont décédés à 19 et 39 mois des suites d’un rejet aigu. Les survies globales à 1 et 10 ans étaient respectivement de 94 % et 79 %. Il n’existait pas de différence significative sur la survie entre les groupes marche normale vs SU vs SU-ECMO (p : ns). Conclusion : La TCP reste une alternative thérapeutique rare de par ses indications et la faible disponibilité des greffons. L’utilisation de l’ECMO comme pont à la TCP n’a pas, dans notre expérience, d’impact négatif sur la mortalité opératoire et la survie à long terme.     ECMO as a bridge for combined heart-lung transplantation   Objectives: The indications of combined heart-lung transplantation (HLTx) are rare and represented by Pulmonary Artery Hypertension (PAH primitive or secondary). This therapy is limited by organs accessibility and sometimes requires the use of cardiopulmonary support such as Extra Corporeal Membrane Oxygenation (ECMO) in High Emergency Transplantation procedures (HETx). The goals of this study were: analyze the results of HLTx from the introduction of HETx, and evaluate the feasibility of ECMO as a bridge for HLTx. Methods: Between January 2007 and June 2015, 19 consecutives patients were referred to HLTx (10 women, 9 men, median age 38±17 years [1-56]). The HLTx indications were primitive PAH in 37% (n=7), secondary PAH in 37% (n=7), lung re-transplantation with bronchial destruction in 10% (n=2), bronchiectasis in 10% (n=2) and pulmonary capillary hemangiomatosis in 5% (n=1). All data were prospectively collected and retrospectively analyzed. Results: On 19 patients, 11 (58%) were referred to HETx within 3 with ECMO as a bridge for HLTx (2 arterial-venous (AV) and 1 veino-venous (VV)). Median length of waiting before HLTx was 169 days [10-1620] and 13 days [6-43] in HETx. Median length of ECMO was 10 days [1-18]. One patient required post-operative ECMO-AV for primary graft failure (72h). Five patients (27%) were re-operated for bleeding. Renal epuration was necessary in 8 (44%) patients. 30 days mortality was 5% (n=1) and 2 patient died at 19 and 39 months secondary to acute immune rejection. One year and 10 years overall survivals were respectively 94% and 79%. No statistical differences (p:ns) were found in overall survival between normal organ attribution vs. HETx vs. HETx-ECMO groups. Conclusion: HLTx is a rare therapeutic alternative. In our experience, uses of ECMO as a bridge for HLTx don’t have a negative impact on operating mortality and long term survival.   Séance : Communications libres cardiaque - Assist./Greffe - vendredi 9 juin - 8:00-10:00
mai 24, 2017
Chirurgie thoracique · Vol. 20 Abstract 2016

T-06 – Ostéosynthèse costale chez le polytraumatisé combinant vidéo-thoracoscopie et Matrix RIB™ – résultats chirurgicaux chez 88 patients consécutifs

Jean-Michel Maury, Renaud Grima, Gaetane Roquet, Arnaud Patoir, Albrice Levrat, Jean-Stéphane David, Guillaume Marcotte, François Tronc Département de chirurgie thoracique, transplantation pulmonaire et cardio-pulmonaire, hôpital Louis-Pradel, GH Est, Lyon  Objectif Évaluation de l’impact de la prise en charge chirurgicale du volet costal et des fractures de côtes étagées sur la morbidité et la mortalité postopératoire des polytraumatisés.  Méthode Entre janvier 2011 et janvier 2016, 88 patients consécutifs (67 hommes et 21 femmes ; âge moyen 54,3 ± 5,7 ans [20-84]) traités sur deux centres ont été pris en charge chirurgicalement pour un traumatisme thoracique sévère avec présence d’un volet costal et/ou fractures de côtes étagées. Les indications chirurgicales étaient : la présence d’un volet costal, une déformation pariétale, n > 4 côtes contiguës fracturées, l’inefficacité du traitement antalgique. La technique utilisée comprenait une vidéothoracoscopie exploratrice et une ostéosynthèse pariétale (Matrix RIB™).  Résultat L’Injury Severity Score (ISS) était de 32,7 ± 12,8, le nombre moyen de côtes fracturées était de 8 ± 3,7 [3-17]. Un volet latéral était présent chez 49 patients (55,7 %) et 13 patients (14,7 %) présentaient des fractures de côtes étagées. Une contusion pulmonaire était présente dans 91 % des cas (n = 80). Des lésions associées étaient retrouvées chez 34 patients (38,6 %). Il s’agissait dans 50 % des cas (n = 17) de lésions des membres et des ceintures. Le délai moyen avant chirurgie était de 3,93 ± 2,8 jours [0-11]. Une implantation de 3,25 ± 1,7 plaques par patient a été nécessaire. Les durées moyennes de ventilation mécanique (VM) postopératoire étaient de 2,43 jours ± 4,6 [0-24], de séjour en réanimation 9 ± 8 [0-42], en unité de soins continus 5 ± 6 [0-33] et d’hospitalisation 21 ± 16 [4-109]. Trois patients sont décédés (3,4 %) à J10 (SDRA), J14 (SDRA) et J21 (HTIC). Les facteurs de risque de VM > 3 jours (p < 0,05) étaient : la survenue d’une pneumopathie précoce (n = 39 ; 44,3 %), un ISS élevé et la présence d’un volet costal > 3 côtes.  Conclusion L’ostéosynthèse des fractures de côtes chez le polytraumatisé est une technique fiable et reproductible permettant une mobilisation précoce, et facilite la prise en charge réanimatoire. Elle ne présente pas d’impact négatif sur la morbidité et la mortalité.     Surgical fixation of flail chest and rib fractures in polytraumatised by videothoracoscopy and Matrix RIB™- results in 88 consecutives patients   Objectives Evaluation of the impact of surgical fixation in flail chest and ribs fractures on morbidity and mortality in polytraumatised patients.  Methods Between January 2011 and January 2016, 88 consecutives patients (67 men and 21 women, mean age 54.3±5.7 years [20-84]) were treated in two trauma units for flail chest and ribs fractures. The surgical indications were: CT-scan flail chest, ribs fractures >4, chest deformity and fail of analgesia. Surgery was made by association of videothoracoscopy and surgical fixation with Matrix Rib™.  Results Injury Severity Score (ISS) was 32.7±12.8. The mean of ribs fractures was 8±3.7 [3-17]. A lateral flail chest was present in 49 (55.7%) and 13 (14.7%) had multiples ribs fractures. A lung contusion was identified in 80 (91%). Associated lesions were found in 34 (38.6%). Bones fractures were present in 17 (50%). Patients had surgery in a 3.93±2.8 days [0-11] delay. A mean of 3.25±1.7 Matrix Rib™ screw device were implanted. Post operative course was 2.43±4.6 days [0-24] of mechanical ventilation, mean length of stay (days) in reanimation, intensive care unit and hospital were 9±8 [0-42], 5±6 [0-33] and 21±16 [4-109]. Three patients died (3.4%) at day 10 (ARDS), day 14 (ARDS) and day 21 (intra cranial hypertension). Risk factors (p<0.05) of mechanical ventilation >3 days were: early pneumonia (<5 days), elevated ISS at the admission and a flail chest >3 ribs.  Conclusion Surgical fixation of flail chest and ribs fractures is a simple and reproducible technic, which provides early mobilisation in reanimation with no negative impact on morbidity and mortality. Cases/control studies are request for guidelines.
juin 10, 2016