Chirurgie thoracique · Vol. 20 Abstract 2016

T-15 – Étude prospective comparative chez 159 patients opérés pour lobectomie ou segmentectomie par vidéo-chirurgie 3D versus 2D

Sophie Lafitte, Florence de Dominicis, Alex Fourdrain, Jules Iquille, Patrick Bagan, Elie Zogheib, Pascal Berna Service de chirurgie thoracique, CHU Amiens-Picardie, Amiens  Objectif Les systèmes de vidéo en trois dimensions (3D) sont de plus en plus utilisés en chirurgie. L’objectif de notre étude est d’étudier le bénéfice de l’utilisation des systèmes 3D lors des lobectomies et segmentectomies effectuées par VATS sur la durée d’intervention, le curage ganglionnaire et les suites opératoires.  Méthode Nous avons comparé l’utilisation des systèmes 3D versus 2D lors de la réalisation de résections anatomiques majeures effectuées par vidéo-chirurgie, par deux chirurgiens thoraciques, entre janvier 2014 et janvier 2016 dans notre centre. Un recueil prospectif de données a été réalisé et concernait notamment la durée d’intervention, l’évaluation de la qualité du curage ganglionnaire estimée par le taux d’envahissement ganglionnaire inattendu dans chaque groupe, ainsi que la morbi-mortalité per et postopératoire, particulièrement le nombre de conversions en thoracotomies, la durée de drainage et la durée d’hospitalisation.  Résultat 159 patients ont bénéficié d’une exérèse pulmonaire réglée par VATS sur la période étudiée : 89 ont bénéficié du système 3D et 70 ont bénéficié du système 2D. L’utilisation du système 3D réduisait en moyenne la durée d’intervention de 28 minutes (154 min [145,1 ; 163] contre 182 min [168,6 ; 185,3], p < 0,001). On observait également que le taux d’atteinte ganglionnaire inattendue semblait plus élevé dans le groupe 3D avec 9 N1 ou N2 inattendus dans le groupe 3D contre 2 dans le groupe 2D (11 % vs 2,8 %, p = 0,068). Il n’y avait pas de différence significative concernant les données de morbi-mortalité per et postopératoires. On notait la survenue de deux paralysies récurrentielles droites dans le groupe 3D.  Conclusion L’utilisation de systèmes de vidéo 3D lors d’exérèse pulmonaire permet une diminution de la durée d’intervention ainsi qu’un curage ganglionnaire plus complet, sans impact significatif sur la morbi-mortalité per et postopératoire.     A comparative prospective study of three-dimensional with two-dimensional video-assisted lobectomy and segmentectomy into 159 patients   Objectives Three-dimensional (3D) video-systems are more used in surgery. The aim of this study is to evaluate the benefit of the video-assisted thoracic surgery (VATS) lobectomy and segmentectomy complete with 3D video-systems, on the operating time, the lymphadenectomy and the postoperatives.  Methods We compared VATS major resection complete by two surgeons in our hospital between January 2014 and January 2016 with 3D and 2D video-systems. The prospective data collection concerned especially the operating time, the quality of lymphadenectomy estimated by the rate of N upstaging; and the peri-operative morbi-mortality particularly the rate of thoracotomy, drainage duration and hospital stay.  Results 159 patients underwent VATS lobectomy or segmentectomy during the study period: 89 with 3D and 70 with 2D video-system. The use of 3D system significantly reduced the surgical time of 28min (154 min [145.1; 163.0] against 182 min [168.6; 185.3], p<0.001). We also showed that the rate of upstaging was higher in the 3D group with 9 unexpected N1 or N2 into the 3D group against 2 into the 2D group (11% vs 2.8%, p=0.068). There was no significant difference between the two groups regarding the morbidity and mortality datas. We noted the occurrence of two right laryngeal paralysis into the 3D group.  Conclusion The use of 3D video-system during lung resections decrease the operating time and allows a more complete lymphadenectomy, without impact on peri operative morbidity and mortality.
juin 10, 2016
Chirurgie thoracique · Vol. 20 Abstract 2016

T-03 – Complications peropératoires majeures au cours des résections pulmonaires anatomiques par chirurgie thoracique vidéo-assistée (CTVA) : résultats d’une enquête de l’ESTS

Dominique Gossot2, Herbert Decaluwé1, René Petersen3, Henrik Hansen3, Alessandro Brunelli4 1. Service de chirurgie thoracique, hôpital universitaire de Louvain, Belgique 2. Service de chirurgie thoracique, Rigshospitalet, Copenhague, Danemark 3. Service de chirurgie thoracique, St James’s University Hospital, Leeds, Royaume-Uni 4. Service de chirurgie thoracique, Institut mutualiste Montsouris, Paris     Objectif Analyse multicentrique de l’incidence et de la nature des complications peropératoires majeures au cours de résections anatomiques par chirurgie thoracique vidéo-assistée (CTVA).   Méthode Six centres européens ont fourni les données de leur série consécutive de résections anatomiques par CTVA en intention de traiter. Les taux de conversion en thoracotomie, les plaies vasculaires et les autres complications peropératoires majeures ont été étudiés en relation avec l’expérience du chirurgien. Les complications majeures incluaient les urgences vitales (par exemple un saignement > 2 litres), les plaies bronchiques ou d’autres organes, ou celles conduisant à des résections complémentaires non prévues. Tous les cas ont été discutés par un panel et des recommandations en ont été tirées.   Résultat 3 076 patients ont été inclus. La majorité des résections (90 %, n = 2763) ont été pratiquées pour un cancer bronchique. Il y a eu 3 décès peropératoires dont un après conversion pour un problème technique. La mortalité hospitalière a été de 1,4 % (n = 43). Le taux de conversion en thoracotomie a été de 5,5 % (n = 170) dont 21,8 % (n = 37) pour des raisons carcinologiques, 29,4 % (n = 50) pour des raisons techniques et 48,8 % (n = 83) pour une complication. Des complications vasculaires ont été rapportées chez 2,9 % des patients (n = 88) conduisant à une conversion dans 2,2 % des cas (n = 70). Il y a eu 46 complications peropératoires majeures (1,5 %), réparties de la façon suivante : transsection par erreur d’un élément bronchovasculaire (n = 9), plaie digestive (n = 5) ou bronchique proximale (n = 6), complication nécessitant une chirurgie majeure imprévue (n = 9) ou complication mettant en jeu le pronostic vital (n = 17). 23 % des décès hospitaliers étaient en rapport avec une complication majeure peropératoire (n = 10/43). Huit pneumonectomies (5 peropératoires et 3 postopératoires) étaient la conséquence d’une complication majeure. L’expérience de l’opérateur était corrélée aux conversions non oncologiques, mais pas aux plaies vasculaires ou aux complications majeures.   Conclusion Les complications peropératoires majeures au cours de résections pulmonaires anatomiques par CTVA sont peu fréquentes, ne semblent pas être en relation avec l’expérience du chirurgien mais ont un impact important sur les suites du patient. Une attention constante et un plan d’action structuré sont d’une importance déterminante pour leur prévention.     Major intraoperative complications during video assisted thoracoscopic anatomical lung resections- results of a ESTS survey   Objectives Multicenter evaluation of the frequency and nature of major intraoperative complications during video assisted thoracoscopic (VATS) anatomical resections.   Methods Six European centers submitted their series of consecutive anatomical lung resections with the intention to treat by VATS. Conversions to thoracotomy, vascular injuries and other major intraoperative complications were studied in relation to surgeons’ experience. Major complications included immediate life threatening complications (e.g.. blood loss of more than 2 liters), injury to proximal airway or other organs, or those leading to unplanned additional anatomical resections. All cases were discussed by a panel and recommendations were drafted.   Results 3076 patients were registered. Most resections (90%, n=2763) were performed for bronchial carcinoma. There were three intraoperative deaths, including one after technical conversion. In-hospital mortality was 1.4% (n=43). Conversion to open thoracotomy was observed in 5.5% (n=170), of whom 21.8% (n=37) for oncologic reasons, 29.4% (n=50) for technical reasons and 48.8% (n=83) for complications. Vascular injuries were reported in 2.9% (n= 88) patients and led to conversion in 2.2% (n=70). In 1.5% (n=46) major intraoperative complications were identified. These consisted of erroneous transection of bronchovascular structures (n=9); injuries to gastro-intestinal organs (n=5) or proximal airway (n= 6); complications requiring additional unplanned major surgery (n=9) or immediate life-threatening complications (n=17). Twenty-three percent of the in-hospital mortalities (n=10/43) were related to major intraoperative complications. Eight pneumonectomies (5 intraoperative and 3 postoperative at 0.3%) were a consequence of a major complication. Surgeon’s experience was related to non-oncologic conversions, but not to vascular injuries or major complications in a multivariable logistic regression analysis.   Conclusion Major intraoperative complications during VATS anatomical lung resections are infrequent, seem not to be related to surgical experience but have an important impact on patient outcome. Constant awareness and a structured plan of action are of paramount importance to prevent them.    
juin 10, 2016